Posted in Points de vue

RESERVER/PAYER/CONSOMMER L’ACCUEIL DE LOISIRS

RESERVER/PAYER/CONSOMMER L’ACCUEIL DE LOISIRS Posted on 24 octobre 2019Laissez un commentaire

« Réserver, Payer, Consommer » telle est la devise actuelle du mode de fonctionnement des accueils de loisirs à Chelles.

Pendant les vacances, la logique de la réservation des inscriptions par l’équipe de la majorité actuelle, rend difficile l’accès au service public des accueils de loisirs.

Si nous savons qu’il faut de la bonne gestion pour assurer un service public de qualité pour nos enfants, nous déplorons formellement les démarches administratives qui placent l’enfant au cœur d’un système de consommation du service public et non comme un citoyen en devenir. 

Dès le top départ de la mairie, très longtemps avant la période d’accueil de loisirs envisagée, il faut inscrire les enfants et surtout bien payer les jours de réservations. Le choix des jours doit se faire avec la plus grande prudence, car si vous réservez une journée de trop, celle-ci reste facturée, après votre aimable règlement. Eventuellement, vous pouvez vous faire rembourser le trop perçu par le trésor public, grâce à un motif dit valable. Il se réalisera bien après la réalisation des « prestations » de la période écoulée.

Certaines familles arrivent à dépasser ce cap administratif.  Mais, d’autres, se retrouvent face à des barrières avec l’argument fâcheux : « il n’y a plus de places » car personne, en réalité avec ce système psychorigide, n’anticipe la capacité d’accueil des structures pour donner une réponse positive à chacun.

Ces vaines formalités peuvent paraitre comme anodines, dérisoires. Malheureusement, rien n’est laissé au hasard. Elles sont dans la continuité de rendre l’accès plus difficile aux services publics.

Pourtant, nous savons tous que les accueils de loisirs ne sont pas des « garderies », en dehors du temps scolaire. Au lieu de se retrouver dans la rue ou devant les écrans, les enfants peuvent s’épanouir et s’enrichir d’expériences culturelles grâce aux sorties et aux activités manuelles et physiques proposées par une équipe spécialisée. Ces activités ne sont pas un catalogue de jeux pour faire passer le temps, elles répondent aux projets pédagogiques des structures, tous en lien avec le projet éducatif de la ville. 

C’est un choix politique de « vivre ensemble » de permettre à chacun de participer à ces activités et de lutter en amont contre ce que l’on ne traite souvent qu’a posteriori : la perte du lien social.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *