Posted in Points de vue

LA PLACE CALA (Suite) :

LA PLACE CALA (Suite) : Posted on 10 août 20191 Comment

Le symbole d’une « ville à deux vitesses »…

Un premier article a été publié sur le site « Chelles 2020 : Faire Ville Ensemble » fustigeant à juste titre son caractère de place minérale anti-écologique : En 2016, Monsieur Rabaste, maire de Chelles, vantait un projet qui allait rendre soi-disant 2.000m2 de « verdure » au Parc du Souvenir en centre-ville, il n’en est rien ! On ne parle plus que de 800m2.., et encore faudrait-il qu’il s’agisse bien de verdure ?!

Car on ne peut parler de la nouvelle Place Cala sans s’intéresser aux constructions qui vont la border dans un proche avenir : D’un côté une résidence privée – en cours de construction – comprenant 24 appartements de grand standing (…vendus au modeste prix de 4.800 euros/m2, soit 330.000 euros environ pour un trois-pièces !), et de l’autre une nouvelle église (en extension de la chapelle Sainte-Bathilde) pouvant contenir jusqu’à 800 fidèles.

Souvenons-nous que l’une des toutes premières mesures décidées par Mr Rabaste aura été d’annuler, dès le mois d’Avril 2014, le Permis de Construire accordé par la précédente équipe municipale en vue de la construction à cet endroit d’un ensemble de 52 logements locatifs sociaux, permettant enfin à des familles modestes (ou à des séniors sans voiture et sans grands revenus) d’habiter à proximité de la gare et des services du centre-ville.

Rappel : Un premier projet avait même prévu d’installer en rez-de-chaussée du dit immeuble de nouveaux locaux pour la Poste de Chelles (…bien à l’étroit dans ses locaux actuels); mais l’administration de la Poste n’a malheureusement pas souhaité donner suite : le nouveau rez-de-chaussée devait alors accueillir des commerces de proximité. Au lieu de quoi, le promoteur choisi par Mr Rabaste va a-priori installer des parkings en rez-de-chaussée, offrant ainsi aux badauds de l’Avenue de la Résistance de belles façades aveugles en fausse pierre !

En tout état de cause, on voit bien là l’illustration de choix contre-nature qui visent à faire du centre de Chelles une zone réservée aux plus riches : Alors même qu’il avait fait campagne contre la soi-disant « densification urbaine » de l’ancienne municipalité, Mr Rabaste a accordé durant son mandat de multiples autorisations de construire, représentant plusieurs centaines de logements en périphérie du centre-ville (quartier de l’Aulnoy, ancien garage Renault, plus de 600 logements prévus sur le secteur Castermant, etc, etc…). Mais il réserve l’hyper-centre aux plus aisés, en flattant en passant un style architectural d’immeubles bourgeois totalement suranné : …Même à Neuilly-sur-Seine ou au Raincy, on ne se plique plus de ce genre de prétention alliant toitures à la Mansart et grilles en fer forgé !

Mais qu’importe le style en fin de compte : Ce qu’il faut retenir, c’est que Mr Rabaste aura finalement dépensé plus de deux millions d’euros – sur nos impôts locaux – pour aménager une place « royale » qui ne correspond ni à la population de Chelles dans sa diversité sociale et culturelle, ni à sa jeunesse, et encore moins aux défis d’équité et de modernité que pose l’arrivée prochaine du métro du Grand-Paris.

« Chelles ville vieillotte » ou Chelles ville moderne et écologique ? Telle est la question : Avec la liste citoyenne « Faire Ville Ensemble« , nous voulons faire le choix d’une ville exemplaire en matière d’écologie, d’innovation sociale et d’animation urbaine au service de tous et toutes.

Serge Goutmann

1 comment

  1. Le symbole d’une ville à deux vitesses ? ou à deux catégories, les bobos au centre et les prolos autour ?
    Vous savez certainement que l’aménagement de la place Cala n’est pas terminé, avec bientôt le remplacement de le chapelle par un centre ecclésiastique, les bâtiments depuis le parc jusqu’a La Chapelle appartenant au diocèse. L’ancienne gendarmerie, et ses écuries, «  bâtiment remarquable » (en quoi ?) devraient être conservés, entiers ou façades.
    Tout ça avec un grand mur le long du parc !
    C’etait pourtant l’occasion de couper cette grande ligne droite par un détour commerçant au niveau du parc
    Inutile de dire qu’aucune concertation n’a eu lieu sur le sujet avec les commerçants du centre-ville, pas plus que pour la réglementation d’occupation des trottoirs par les mêmes commerçants. Démocratie (des mots crassie) oblige !
    Pendant ce temps les trottoirs se dégradent aux alentours du centre-ville, et là, silence radio. Allez voir les deux trottoirs de la rue des Sources ou d’autres dans l’ouest de Résistance.
    Chelles s’embellit au centre, et est en train de se pourrir en périphérie.
    Il vaut mieux, bien sûr, privilégier le sans-gêne à toutes fins électorales.
    Chelles ne deviendra que ce qu’en feront ses habitants, et si demain, Chelles rime avec poubelle, ce sera qu’on les a laissé faire.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *